Qatar

Classeur 03

Appel à Contribution

Classeur 03 – Qatar

L’architecture et le pouvoir font route commune depuis la nuit des temps. L’Histoire de l’architecture est ainsi depuis toujours intrinsèquement liée à l’histoire des pouvoirs, qu’ils soient monarchiques, religieux, politiques ou financiers. Les grands chefs-d’œuvre d’architecture d’aujourd’hui continuent d’être issus de cette union.

La presqu’île Arabo-Persique du Qatar cristallise actuellement cette proximité entre pouvoir et architecture. Territoire désertique, depuis quelques décennies il constitue un des acteurs principaux de la géographie diplomatique et économique mondiale. Et c’est la super-architecture qui a été choisie pour donner corps à cette superpuissance interventionniste, soulevant pléthores de questions sur la Raison et la Forme du bâtir.

« Les villes et le ciel. 3.

(…)

— Pourquoi la construction de Tecla dure-t-elle si longtemps ?

Et les habitants, sans arrêter de hisser des sceaux, de jouer des fils à plomb, de promener vers le haut et le bas de long pinceaux, répondent :

— Pour que ne commence pas la destruction.

Et quand on leur demande s’ils craignent qu’à peine ôtés les échafaudages, la ville se mette à craquer et tomber en morceaux, ils ajoutent très vite, à voix basse :

— Pas la ville seulement. »

 

Italo Calvino, Les Villes invisibles, p.153, Ed. Folio

Appel à contribution

1 Le Désert et la forme

La contraction des distances liée aux nouvelles technologies, la diffusion instantanée des images rend possible la disproportion entre existence physique et rayonnement d’influence.

Contraint, aride, l’espace physique du Qatar gagne sur la nature ce qu’elle ne lui a pas donné.

Ligne, socle, l’horizontalité de l’espace appelle-t-elle une réaction architecturale spécifique ? La dimension est cachée au regard, au profit du continu. La création d’un segment de matière s’oppose à l’infini.

2 L’Héritage du mouvement : Megaprojects patchwork et Iles

L’usage de la tente est le vrai patrimoine. Ni les ruines des temples, ni la tente elle-même.

L’archéologie nous ramène difficilement deux siècles en arrière… En attirant l’œil, la Barzan Tower (1910 !) – comme tout objet ponctuel quelle que soit sa dimension, même maquillé comme un parc Disney – occulte l’essentiel : l’espace. Le déplacement justifie le vide. 

Comment en préserver la mémoire ? Est à l’œuvre à l’échelle du territoire du Qatar une approche « insulaire » du développement. Elle conduit à un manque général d’intégration de l’utilisation des terres, et crée de longues distances entre les résidences et les services. Le résultat global est une structure fragmentée, un schéma de patchwork urbain au lieu de zones urbaines cohésives et intégrées, que prolonge sur la mer divers projets de résidences privées toujours plus étendus et fragmentés.

3 Moyen Orient ou Far West ?

Le pétrole a remplacé la perle (1940) et l’argent s’est aggloméré. Un brutal renversement a suivi rendant nécessaire une révolution (politique, investissements, etc.) pour installer le nouvel équilibre. A l’extérieur des frontières l’art contemporain, le centre de Londres, l’hôtel Lambert ou le PSG sont suspendus au capitaux Qataris ; pendant que Qatar Airways survole le monde sans souci de rentabilité. 

La forte poussée de la construction, qui se déroule autour de la région du Golfe, favorisée par les prix pétroliers favorables et le rôle croissant de l’immobilier, pose des défis urbains et culturels importants, constituant ainsi un cas intéressant pour la recherche urbaine. Au Qatar, on découvre souvent un paysage urbain familier évidemment mal placé et pas du tout adapté aux conditions climatiques extrêmes. La plupart de structures urbaines ont été développées à partir de zéro au cours des deux dernières décennies. Là où il aurait pu y avoir une ville arabe moderne idéale, le modèle occidental de l’infrastructure, favorable aux voitures, a été imposé.

4 Doha

Doha est à la fois tout le Qatar et l’inverse du Qatar. 95% de la population concentrée sur 10% du territoire, elle concentre la richesse et les signes du nouvel ordre. Le mouvement a disparu au profit du symbole, le textile s’est pétrifié en verre. La ville sans modèle a puisé dans les objets de la ville occidentale pour constituer un conglomérat de formes irriguées par la voiture et la clim : la ville générique.

La plupart de la substance construite de Doha est cachée derrière des barrières de sécurité. La structure urbaine qui en résulte peut-être décrite au mieux comme une mosaïque de divers développements privés liés à des projets de macro-infrastructure généralement menés par le secteur public : les « compounds ». C’est est un terme qui désigne, dans la science militaire, un bâtiment ou un groupe de bâtiments bordés d’une clôture plus ou moins haute ou encore plus défendue dans la fortification.

5 World Cup 2022

Déjà déplacée en hiver, cette coupe du monde cristallise la question énergétique et plus largement, la question de l’impact climatique de la construction. 

Et si parfois le site devait nous faire renoncer ? Dans quelles conditions de travail de construction devra être réalisé ? Et à quel prix ? Et quel futur qui se dessine pour ces équipements ? Est-ce cela le nouveau mouvement ? Et que va-t-il se passer quand le carburant va manquer ? Les tours vont-elles continuer à se tenir droites sous le soleil ? Comment va agir le temps sur ce qui va devenir le nouvel héritage ?

6 Qatar Museums Authority

L’institution musée est très récente: un peu plus de deux cents ans –  son expansion planétaire beaucoup moins. Rien ne garantit leur existence encore deux cents ans : ils sont une formation historique qui, comme les autres, peut à un moment perdre sa vitalité. Si les musées du XIXe siècle établissaient une géométrie et des relations en osmose avec la ville, l’architecture des musées devient, à l’époque moderne, indépendante du contenu même du musée, capable de créer de nouveaux archétypes spatiaux incisifs. Dans les vingt dernières années du XXe siècle, les musées ont perdu tout lien avec le contexte urbain, devenant des icônes métropolitaines. Le merveilleux vaisseau spatial conçu par Jean Nouvel pour le Louvre Abu Dhabi marque le définitif éloignement du musée de la ville.

Le Qatar s’exporte dans le monde, et le monde s’exporte au Qatar en retour. Les architectes – des migrants ! – de tous horizons viennent se confronter au soleil et à l’horizon. Les réponses apportées ne peuvent être jugées que sous l’angle de l’espace. Les conditions qui habituellement agissent sur un projet – économie, parcellaire et réglementations urbaines, parfois même la fonction – sont absentes. Les tours succèdent aux tours sans que jamais elles ne se regardent entre elles. Qu’est-ce que cela dit de notre discipline ?

Proposition de contribution

Calendrier

Envoi des propositions de contribution : Jusqu’au lundi 2 avril 2018 à midi
Sélection des propositions : Lundi 9 avril 2018
Envoi des contributions sélectionnées : Jusqu’au lundi 25 juin 2018 à midi

 

Formulaire

Règles d’envoi

01- Nom du/des fichier(s) : NOM_ARTICLE.pdf

02- Fichier en format.pdf

03- Titre de l’article en haut de l’article.

04- Signature de l’auteur sous le titre avec, s’il y a lieu, les co-contributeurs.

05- Le document NOM_ARTICLE.pdf contiendra obligatoirement une biographie de 200 mots maximum.
(merci de ne pas joindre votre curriculum vitae mais de décrire votre parcours et vos projets en quelques lignes à la troisième personne). Celle-ci pourra eventuellement être modifiée lors de la remise de la contribution

06- Le document contiendra éventuellement un maximum de 3 images

07- Tous les abstracts reçus doivent être inédits (écrits pour la revue) et corrigés ;

08- Le texte de la proposition de contribution doit faire un maximum de 500 mots ;

09- Les textes seront publiés en français. Classeur ne fait pas de traduction vers le français donc la version française du texte est obligatoire. Si l’auteur dispose d’une version anglaise du texte à proposer également, elle est la bienvenue.

Couverture : New Orbital Highway, Youtube, 2017